Martin Fayulu : « Félix Tshisekedi est allé trop loin, il a divisé le pays, il a amené le tribalisme ! »

Le président du parti politique Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) Martin Fayulu Madidi, a échangé avec des Congolais vivant aux États-Unis d’Amérique, samedi 8 octobre 2022 dans le cadre d’un « dîner-débat » axé sur le thème « Problématique et enjeux des élections de 2023, apports de la diaspora pour un Congo meilleur ».

Répondant à une question, celui qui se considère toujours comme le président élu a déclaré que Félix Tshisekedi a, à ce jour, déjà contribué à plus de 90% au projet de balkanisation de la République démocratique du Congo. « Félix Tshisekedi a usurpé le mandat, quelles attentes on peut avoir de lui ? Vous avez vu la misère est croissante, vous avez vu l’insécurité totale».

Il y a deux ans j’avais dit si Monsieur Kabila avait déjà contribué à la démarche de la balkanisation du pays à 50%, Félix était déjà à 75%. Il est aujourd’hui à plus de 90%.

Donc, aujourd’hui nous devons faire un effort de récupérer notre pays », a-t-il dit. Cependant, Martin Fayulu a tout de même dévoilé ce qu’il attend de Félix Tshisekedi à la fin de son mandat.

« Les attentes que je peux avoir de Félix Tshisekedi, qu’il soit sérieux, qu’il se dise que j’ai essayé, j’ai usurpé, comme disent les Congolais voler n’est pas bon, maintenant il faut que je laisse le jeu se jouer correctement. Je ne peux pas essayer d’insister pour me maintenir au pouvoir parce que je n’ai pas les moyens, il ne faut pas que ça soit la honte. Que je laisse le jeu se jouer normalement. C’est la seule attente que je peux avoir », a martelé Martin Fayulu.

Dans la foulée, cet opposant a accusé Félix Tshisekedi d’avoir amené le tribalisme en République démocratique du Congo. « Félix Tshisekedi est très limité, plus que limité, il ne peut rien faire. Il est allé trop loin, il a divisé le pays, il a amené le tribalisme. Moi je suis né et j’ai grandi à Kinshasa, je n’ai jamais connu cette affaire de tribalisme. Et aujourd’hui, on commence à dire tu es de, tu es de, ce n’est pas Congolais ça », a-t-il fustigé. Durant cet échange,  « Mafa » a insisté sur la nécessité que les parties prenantes au processus électoral se retrouvent autour d’une table.

Pour lui, il sera question de fixer les règles selon lesquelles les élections devront se dérouler en 2023 conformément à la Constitution. Concrètement, Martin Fayulu a fait savoir qu’il s’agira, lors des discussions entre parties prenantes, de modifier la Loi électorale et de changer certains membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), institution chargée d’organiser les élections en RDC./mediascongo.net