M23 à Rutshuru : des dégâts humains documentés par CREDDHO

Des affrontements armés ont opposé, le 27 mars 2022, les Forces Améesrmées de la République Démocratique du Congo (FARDC) aux combattants du mouvement politico-militaire du 23 Mars (M23), dans plusieurs localités du groupement Jomba, chefferie de Bwisha, en territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu.

Selon le Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et Droits Humains (CREDDHO), less hostilités entre ces deux forces qui se sont étendues aux villages de Gisiza, Ndiza, Cheya, Kabindi et Tchengerero, ont occasionné des déplacements des populations locales vers les endroits estimés sécurisés.

En quatre jours d’affrontements, le CREDDHO dit avoir documenté des dégâts importants en lien avec les conflits armés en cours. Cette Organisation de défense des droits humains parle de neuf civils tués au côté de huit Casques bleus de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) aussi morts et indexe les membres du M23 d’en être auteurs.

Au regard de cette situation, le CREDDHO appelle les autorités congolaises à « identifier et poursuivre en justice les membres et leaders de ce mouvement ainsi que tout individu, organisation ou État leur apportant un soutien de toute nature dans l’entretien de l’insécurité en RDC pour des crimes graves commis par ce mouvement en République Démocratique du Congo, depuis son existence ».

Le CREDDHO appelle également les Etats voisins de la RDC et organisations sous régionales à « cesser toute incursion armée illégale sur le territoire de la Rpublique Démocratique du Congo et/ou soutien de toute nature aux forces armées négatives qui déstabilisent la RDC ».

Il sied de rappeler que, depuis mai 2021, la province du Nord-Kivu est sous état de siège décrété par le Président Félix Tshisekedi pour endiguer l’insécurté grandissante dans cette partie située à l’Est de la RDC

Origène/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer