L’État de droit et l’absence des crimes : Steve Mbikayi en parle

C’est avec faste que le député national Steve Mbikayi est monté au créneau pour éclairer certains détracteurs qui s’en prennent aux autorités tout en amenant avec eux l’attitude sensationnelle marquée par des arguments qui divisent. L’initiative du FP 2023 a indiqué qu’un état de droit n’est pas l’absence des crimes mais la répression de ceux-ci conformément aux dispositions des lois établies.

Pour l’ancien ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), un état est dit de non droit lorsque le régime en place est lui-même à la base des crimes ET la justice est faite sur des bases partisanes. Pour lui, le fonctionnement de l’appareil judiciaire est fonction du système établi selon qu’il est de droit ou non.

« Nostalgiques !
Vous confondez à dessein état de droit et absence des crimes!
Dans un État de droit les crimes sont commis et punis.Dans un État de non droit,la justice n’est pas rendue aux victimes;Et le régime est mm commanditaire de certains crimes.
Par décence vs,taisez-vs d’abord»
, peut-on lire sur son compte Twitter.

Il s’y est de noter que cette position de Steve Mbikayi fait fonction au meurtre de Olivier Mpunga, torturé par des agents de la Police Nationale Congolaise. Il s’y est de noter que ce jeune homme a été retrouvé mort et la justice serait entrain de rechercher ses bourreaux.

Au nom du gouvernement congolais, le premier ministre Congolais Sama Lukonde Jean-Michel a dénoncé cet acte qui trahit l’établissement de l’État de droit en RDC, et a présenté ses condoléances à la famille du défunt.

Gaël Hombo/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer