LA POPULATION DE KALAMU ENCORE SCEPTIQUE

C’est sur ton grave que le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi a annoncé mercredi 18 mars dernier les mesures drastiques en vue de combattre le Covid 19 en République démocratique du Congo. Nombre de Kinois ont encore du mal à appliquer ces mesures.

Alors que , certaines églises ont organisé leur culte matinal. A la paroisse Sainte Maria Goretti de Kauka, l’Abbé curé a reconnu que c’était la dernière messe jusqu’à nouvel ordre tel qu’annoncé par le chef de l’Etat. Il a expliqué, à cet effet, que bon nombre de fidèles n’avaient été informés de dernières décisions prises. Ce, du fait qu’une pluie a dû envoyer plusieurs Kinois tôt au lit.

L’obscurité à travers la capitale faute du courant n’a pas permis à beaucoup de Congolais de suivre le président de la République. L’information n’a pas atteint tout le monde. Raison pour laquelle, les enfants se sont bonnement rendus dans leurs écoles hier matin. Ils ont immédiatement rebroussé chemin sur ordre de leurs responsables au niveau des établissements scolaires.

LA DISETTE DANS LES CURES

Depuis belle lurette, le Vatican a demandé aux différentes paroisses de s’organiser pour la prise en charge des prêtres. C’était la fin des subventions par le Saint-Siège aux paroisses. L’Eglise de Kinshasa a instauré le « Panier de la cure ». Les différentes structures des toutes les paroisses s’organisent chaque dimanche pour apporter des dons aux prêtres.

Depuis l’adresse du chef de l’Etat, rien ne permet de rassurer que cette chaîne de prise en charge des prêtres va fonctionner normalement. Le dimanche des rameaux prévus le 5 avril n’aura plus lieu. La grande messe de Pâques, une semaine plus tard soit le 12 avril prochain n’échappera pas inéluctablement à cette mesure. Une situation exceptionnelle qui s’impose à l’Eglise catholique romaine à travers et particulièrement en RDC

Dans ce lot, il y a aussi les différents pasteurs qui ne comptent que sur la bienveillance de leurs fidèles. C’est dire qu’il ne sera pas aisé pour les hommes de Dieu de surmonter cette situation.

Si l’Eglise catholique souscrit aux mesures édictées par le président de la République, mais certains pasteurs pour leur indépendance mais surtout, pour leur esprit réfractaire quand leurs intérêts sont en danger, et risquent d’organiser leurs cultes.

A MATONGE, TOUT EST NORMAL

A Matonge dans la commune de Kalamu, la vie s’émeut normalement. L’agglutinement des populations dans les parkings fait ignorer implacablement les instructions à observer contre la pandémie du coronavirus. En attendant, au terrain de football derrière le district de la commune de Kalamu, se jouait une rencontre en présence de leurs supporters respectifs.

Sur l’avenue Victoire, hier encore se trouvait du monde dans le principal funérarium à Matonge alors que les portes étaient fermées. Le pic, c’est le week-end pour tous les rendez-vous. C’est en ce moment que sont programmés les deuils à travers la capitale et autres fêtes dont notamment le mariage ou encore le retrait de deuil.

Il faudrait donc attendre pour s’assurer que les Kinois appliquent vraiment ce qui a été décidé. La police est donc appelée à œuvrer pour la prise de conscience des décisions émanant des autorités étant donné tout le monde est concerné.

Acturdc.com

vous pourriez aussi aimer