Kinshasa : Le Gouvernement va investir 25 millions $ pour la gratuité des soins de santé pour la femme enceinte, les nouveaux nés et les accouchements

Le ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention, Jean-Jacques Mbungani, a présenté, lors de la 60ème réunion du conseil des ministres du 1er juillet 2022, la situation liée à l’épidémie à Covid-19 en République démocratique du Congo.

À l’en croire, la situation générale reste stable et contrôlée dans l’ensemble de notre pays. Il a signalé que la semaine qui s’est écoulée a été marquée par une légère hausse de l’incidence des cas de Covid-19 de 1,4%, une baisse de taux de positivité de tests de -34,3% et une augmentation du nombre de cas importés de 57,1%.

« L’observance des gestes barrières et la vaccination demeurent plus que recommandées pendant que le Gouvernement renforce le dispositif de contrôle sanitaire à nos frontières, déploie plus de postes de vaccination au niveau des frontières et intensifie le dépistage », a indiqué le ministre de la Santé cité par son collègue de la Communication et Médias dans le compte-rendu du conseil des ministres.

Au sujet de l’effectivité dans les zones de santé de Kinshasa du Programme d’accès gratuit aux soins de santé pour la femme enceinte, les accouchements et les soins aux nouveaux nés, le ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention a indiqué qu’il s’attèle à finaliser le Plan y afférent pour répondre à l’appel du président de la République lancé lors de son adresse à l’occasion du 30 juin 2022.

Jean-Jacques Mbungani va entamer, dès ce lundi, des échanges avec les médecins chefs de zone.

« A ce jour, le Gouvernement a prévu d’investir 25 millions de dollars américains et une dotation en gros équipements. Ce programme sera progressivement étendu à d’autres provinces », a souligné le ministre de la Santé.

Il a conclu son propos en informant les membres du Conseil des conclusions de l’atelier de Bibwa, tenu du 16 juin au 25 juin dernier. Cet atelier a réuni la Commission paritaire « Gouvernement et Banc syndical des médecins et non médecins ».

Selon Jean-Jacques Mbungani, la demande d’alignement des différentes catégories a été rencontrée de manière consensuelle ainsi que d’autres revendications notamment sur ce qui concerne les grilles barémiques.