KIBAMBI SHINTWA : « PRENONS CE QUI NOUS ARRIVE COMME UN AVERTISSEMENT »

Avant que ça ne barde en Chine, on se souviendra que dans chaque famille de Kinshasa on a compté, au moins, un membre qui toussait. Dans certaines autres, tout le monde était grippé, le nez coulait et la gorge grattait. Ça vous dit quelque chose ?

Pour y faire face, les amoureux de la bière s’étaient convertis, bien malgré eux, au whisky, au thé pour les plus sages. Vous serez d’accord avec moi, un vent mauvais a flotté sur la ville, toutes communes confondues, la Gombe ayant emporté la palme. On peut toujours se consoler en imaginant que c’était la version tropicale du virus, la nôtre. Pour signifier que c’était une façon pour « Notre Dieu » de nous immuniser. Pourquoi ne pas considérer aussi que c’était une façon pour Lui de nous inviter au changement de mentalité. Dans un moment de lucidité, reconnaissons que le péché a envahi le pays. On a forcé des maisons pour piller, on a violé, on a tué sans la moindre pitié. Dans ce pays, des compatriotes ont vécu les pires des horreurs. Le déni de l’humanité chez l’autre à qui l’on ôte ce qu’il a de plus précieux: la vie. Ce Dieu qui a tant aimé ce pays en lui accordant toutes ces richesses pouvait-il supporter longtemps que les uns en fassent ce qu’ils veulent au détriment des autres, impunément ?

Nous voici tous confinés, ne sachant où aller. Là, tout peut nous arriver. Soyons modestes désormais et comptons sur son Amour pour prendre ce qui nous arrive comme un avertissement. Mettons-nous à-genoux, reconnaissons nos péchés et demandons pardon. C’est ma proposition. A celui qu’on a donné des comptes lui seront demandés. Aux Congolais habitant le pays de cocagne, des comptes leur seront demandés. C’est certain.

Forumdesas.org/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer