Guerre à l’Est : Le gouvernement envisage une commission d’enquête à Beni après la résurgence des ADF

Le gouvernement congolais voudrait mettre les choses au clair après la résurgence de plusieurs groupes armés dont le groupe d’Allied Démocratic Forces (ADF). Le député national Crispin Mbindule Mitono, depuis la ville de Beni, où il séjourne dans le cadre de ses vacances parlementaires, a rassuré la population en ce qui est de la mise en place dans les prochains jours d’une commission d’enquête gouvernementale dans le secteur de Rwenzori après multiples attaques des rebelles Ougandais attribués aux rebelles de l’ADF.

A en croire l’élu du peuple, cette commission gouvernementale s’évertuera à établir des responsabilités après des opérations sanglantes perpétrées par les ADF dans cette partie. Elle devra ensuite identifier les causes liées à cette répétition d’attaques ennemis dans cet espace couvrant moins de 40 Km.

« Il y a une commission d’enquête qui va être déployée. C’est une commission d’enquête du gouvernement d’ailleurs du Ministre de la défense qui sera bientôt déployée dans le secteur de Rwenzori. Mais nous aussi nous voulons être là pour voir les faisabilités, parceque nous, nous sommes du côté de la population. Parceque nous avons nos électeurs qui ont été tués là-bas, nous voulons savoir qui les a tué et s’ils ont été tués par l’ennemi que faisait pendant ce temps celui qui devrait garder cette population. En fait il y a au tant des questions pour lesquelles nous voulons avoir une vérité », a indiqué le député Mbindule.

Et d’ajouter :« Il y a des contradictions terribles dans toutes les commissions à Kinshasa en ce qui concerne les tueries dans le secteur de Rwenzori. La population nous communique c’est vrai mais nous voulons nous rendre là-bas. S’il y a un problème c’est-à-dire qu’il y a manque de confiance et c’est inacceptable. Et la question c’est de savoir pourquoi seulement dans le secteur de Rwenzori et qu’il n’y a pas de solution ».

D’après le député national, cette commission sera déployée dans le secteur de Rwenzori après plusieurs contradictions de la part des officiels. Le gouvernement, dit-il, veut obtenir des précisions sur les causes liées à la persistance des violences.

Gaël Hombo/acturdc.com