Gouvernement : en plus du quota de l’UDPS, Kabund insiste sur la prise en compte des revendications des transfuges FCC

A quelques jours de la publication du premier gouvernement de Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, les dernières manœuvres se poursuivent encore pour apprêter la dernière liste.

Avec un gouvernement qui devrait être réduit de 30% par rapport à l’ancienne équipe de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, l’attribution des ministères se fait non sans contestation.

Là où 67 postes étaient partagés entre FCC-CACH, les responsabilités au sein du prochain exécutif devraient être partagées désormais entre plusieurs regroupements, dont Ensemble de Moïse Katumbi, le MLC de Jean Pierre Bemba, l’UDPS de Félix Tshisekedi, l’UNC de Vital Kamerhe, l’AFDC-A de Bahati Lukwebo, les dissidents du FCC et d’autres alliés au sein de l’Union Sacrée. La tâche s’annonce donc difficile.

Le week-end dernier, le président a.i de l’UDPS, le parti présidentiel, Jean-Marc Kabund, a conduit une délégation du parti auprès du président de la République. Selon le secrétaire général de l’UDPS, Augustin Kabuya, seulement 8 ministères ont été attribués à l’UDPS alors que le parti enregistrait près de 135 prétendants.

De ce fait, l’UDPS a donc réclamé au chef de l’État plus des postes. Selon des sources, M. Kabund qui a porté la révolution parlementaire avec à la clé la chute institutionnelle du FCC, se voit marginaliser dans les discussions. 

« Ceux de l’AFDC-A  [l’Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés] peuvent compter sur Modeste Bahati Lukwebo, ceux de Ensemble, sur Moïse Katumbi, ceux du MLC ont Jean-Pierre Bemba. Mais moi, je veillerai aux intérêts de ceux qui viennent du FCC. […] Je l’ai dit au chef de l’État, les intérêts du FCC au sein de l’union sacrée, c’est moi. L’union sacrée, c’est jusqu’en 2023. Le pays va décoller avec l’union sacrée. », disait Kabund, le 7 décembre dernier face aux députés. 

Le président de la République Félix Tshisekedi devrait donc dès son retour de Dar-es-Salam où il a participé aux obsèques du président John Magufuli, procéder au dernier toilettage.

Actualite.cd/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer