Goma : une ville morte annoncée vendredi par les mouvements citoyens

Un bras de fer oppose à Goma la synergie des mouvements citoyens et groupes de pression d’une part aux autorités provinciales de l’autre, autour de la programmation des funérailles des 13 victimes des soulèvements populaires anti-Monusco.Les combattants pro-démocratie rejettent en bloc les propositions du gouverneur militaire décrètent une journée ville morte pour ce vendredi. « Nous rejetons en bloc les propositions du gouvernement provincial du Nord-Kivu au sujet de l’enterrement ce vendredi, 5 août 2022 de nos 13 compatriotes tués entre le 25 et le 27 juillet 2022 lors des manifestations citoyennes pour le départ de la MONUSCO », ont déclaré mercredi à Goma, les membres de la grande synergie des mouvements citoyens et groupes de pression pour la démocratie en République démocratique du Congo. Ils dénoncent ainsi les propositions formulées par l’autorité provinciale lesquelles « imposent un enterrement sans culte, ni cérémonie pour les victimes ». Ce que rejettent les mouvements citoyens qui veulent « des funérailles pour rendre un hommage digne et acceptable à leurs martyrs de la liberté », disent-ils dans une déclaration parvenue à Ouragan.cd.

En effet, du 25 au 27 juillet 2022, les mouvements citoyens et groupes de pression de la province du Nord-Kivu ont organisé des manifestations populaires à Goma pour « exiger le départ immédiat de la MONUSCO du territoire de la RDC ». Ces manifestations ont été violement réprimées par les contingents de la Monusco ainsi que par la police congolaise. Plus de 13 personnes ont été tuées par balles à Goma ainsi qu’une centaine de blessés suivent le traitement dans quelques structures médicales de la place.

Promesses non tenues du gouvernement central

Eu égard à cette situation, une délégation du gouvernement central s’était rendue au Nord-Kivu en vue de s’enquérir de la situation et tenter d’imposer le calme. Cette délégation désignée par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a pris langue avec les mouvements citoyens et les groupes de pression. « La délégation s’est entretenue avec nos collègues le 30 juillet 2022 à l’Hôtel Serena, pour discuter de nos revendications ainsi que du processus d’enterrement digne de nos 13 compatriotes tués lors desdites manifestions », rappellent-ils. Au cours de cette réunion, les membres du gouvernement présents s’étaient engagés à assurer une prise en charge totale des funérailles et d’apporter une assistance consistante aux familles des victimes en vue de leur rendre des hommages dignes. Cependant, déplorent les mouvements citoyens, à leur grande surprise, « ils ont été conviés à une réunion organisée par le gouverneur de province du Nord-Kivu le mercredi 03 août 2022 mais présidée par le vice-gouverneur ». Ladite réunion a violé intentionnellement l’esprit et la lettre des derniers échanges avec les envoyés de Kinshasa. « La réunion est allée dans une communication d’autorité où personne ne pouvait donner un point de vue contraire », expliquent les combattants pro-démocratie.

Ainsi, l’autorité du Nord-Kivu a dicté son plan d’enterrement. Selon le vice-gouverneur policier, « aucune cérémonie d’hommage ne serait organisée en mémoire des martyrs et que leurs corps seraient immédiatement récupérés de la morgue de l’hôpital provincial jusqu’au cimetière de Makao et qu’ils seraient enterrés sur des sites différents ». Une communication qui irrite les mouvements citoyens.

Rejet catégorique, ville morte pour l’enterrement

Les mouvements citoyens et groupes de pression pro-démocratie maintiennent leur programme et décrètent une journée ville-morte ce vendredi 5 août pour l’inhumation de leurs camarades. « Que l’enterrement se passe le vendredi 05 août 2022 comme convenu selon un programme détaillé que nous avons déjà déposé au gouvernorat », confirment-ils. ;

Les activistes invitent, par ailleurs, toute la population « à prendre part aux obsèques des martyrs vêtues en noir », précise la communication de cette synergie. Le même programme indique que les corps seront exposés à l’esplanade du stade de l’Unité à partir de 08h30 en vue des hommages en leur honneur./ouragan.cd