Football : Tshisekedi, Sama et Kabulo, « auteurs d’un faible rendement des léopards»

Le football en RDC se meurt dans le silence le plus grand qui puisse exister ! Les politiques seraient-ils auteurs du visage pâle de l’équipe nationale lors du stage de préparation européen ? En RDC, plusieurs raisons indiquent une implication négative des autorités congolaises dans la préparation de l’équipe lors de deux matchs amicaux, contre la Nouvelle-Zélande et l’Angola.

Le bilan de deux matchs nuls pour un but marqué face à un but encaissé ne peut guère plaire lorsqu’on sait que le gouvernement congolais n’avait pas aménagé assez d’efforts pour mettre Sébastien Desabre dans des conditions régulières lui permettant d’exploiter le potentiel de chacun des membres en sa disposition.

Une nonchalance gouvernementale à bannir à tout prix

Le gouvernement congolais était-il pour le succès ou pas, s’interrogent les amoureux du football en RDC. Le retour du gardien Baggio Siadi et des attaquants Fiston Mayele et Ben Malango faute des visas pour entrer dans le territoire portugais où devait se jouer le match entre la RDC et l’Angola est la preuve du manque d’implication des autorités congolaises. L’absence de ces trois cadres, notamment les deux attaquants a eu un impact très négatif sur le contour du match face à l’Angola lorsque le peuple congolais sait combien Ben Malango et Fiston Mayele sont des hommes providentiels pour la tanière de l’équipe nationale chapeautée par Sébastien Desabre.

Le cas de ces joueurs vient s’ajouter à celui de Mihayo et Kidiaba restés au pays faute des visas. Si l’affaire reste nébuleuse pour plusieurs, les deux membres du staff technique de l’équipe nationale et entraîneurs du TP Mazembe accusent les politiques d’être derrière cette affaire connaissant les liens entre ces deux cadres et l’opposant Moïse Katumbi. La politique se serait saisi du dossier pour des fins politiques, apprend-t-on .

Un Sébastien Desabre qui joue les mains courtes

L’entraîneur de la RDC, Sébastien Desabre peut être fière du résultat réalisé en l’absence de deux personnels de son staff technique et une équipe en manque de trois joueurs capables de faire la différence à tout moment. Cependant, la route reste longue et le travail laborieux d’où l’intérêt de contacter les responsables des sports en RDC afin d’éviter pareil coup lors du prochain rassemblement prévu dans un mois. La vision RDC -Coupe du monde 2026 ne peut voir le jour qu’en fusionnant créativité, envie, professionnalisme et solidarité lors du voyage.

Gaël Hombo