FARDC : Tout militaire de la 2ème zone de défense non identifié considéré déserteur

Le chef d’Etat-major Adjoint de la force terrestre chargée de l’administration et de la logistique, le général de brigade Kisezo Thomas a déclaré ce vendredi 6 novembre 2020 à l’issue d’un entretien téléphonique accordé à l’ACP, que tout militaire des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) de la 2ème zone de défense non identifié au cours de l’opération de contrôle biométrique, est considéré comme déserteur.

Le général de Brigade a indiqué que le militaire ayant raté ce contrôle biométrique est exclu de la base des données militaires, avec conséquence de privatisation de salaire. Ce militaire est à rechercher après un avis de recherche militaire, arrêté, transmis et jugé à la garnison la plus proche du lieu de son arrestation.

Le général de brigade Kisezo Thomas ayant dirigé le contrôle biométrique dans cette zone, a spécifié que son objectif est de maîtriser les effets exacts et réels des militaires au sein des différentes unités des FARDC. Ce contrôle administratif du personnel, a renchéri le général de brigade, vise également à connaître les problèmes spécifiques des militaires.

La maîtrise des effectifs militaires peut impacter la situation sécuritaire des grandes agglomérations de la deuxième zone de défense. Le dénombrement du personnel militaire n’appartenant pas à cette zone permet une orientation vers une garnison précise ou le recyclage dans un centre donné. Cependant, plusieurs difficultés ont été rencontrées dans l’exécution de ce contrôle, notamment la possession des documents erronés par certains militaires qui se retrouvent dans une garnison où il n’est pas répertorié. Les moyens de transport et l’état des infrastructures n’ont pas facilité le déplacement de l’équipe commise à ce contrôle militaire.

Le contrôle biométrique des militaires a été commandé par le commandant suprême des FARDC, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, rappelle-t-on. A la deuxième zone de défense, ce contrôle a pris fin mercredi 04 novembre 2020, a fait savoir le général de brigade Kisezo Thomas.

Mediacongo.net/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer