Élimination de la RDC à la coupe du monde : Luc Kabunangu estime que les notions « de la transparence, la redevabilité et la considération de tous » ont manqué aux léopards

La dernière élimination des léopards de la République Démocratique du Congo aux barrages de la Coupe du monde a été décryptée le dimanche par Luc Kabunangu, cadre de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social.

Selon cet Expert en Audit, il est opportun de mettre en exergue certains atouts exhibés par la « quasi-totalité » de congolais en tant que parties prenantes dans la performance des joueurs Congolais.

« Les léopards du Congo jouaient pour la qualification de la coupe du monde où les 32 meilleures équipes du monde s’affronteront pour couronner la meilleure des meilleures. Ces atouts philosophiques qu’affiche l’état d’esprit collectif des congolais pendant des compétitions sportives qui opposent notre nation aux autres comme était le cas pour les matchs qui nous ont opposé au Maroc dernièrement sont d’une importance capitale au-delà de l’activité sportive. Une audace de grandeur est incitée dans l’être congolais pour défendre et promouvoir les couleurs nationales », a-t-il indiqué.

Par la même occasion, Luc Kabunangu martèle que les congolais se mobilisent selon les différentes catégories des parties prenantes (supporteurs, administratifs, joueurs, staff techniques, autorités, etc.) en s’assurant que toutes les ressources nécessaires, dont le capital humain par le biais des joueurs qu’il faut à chaque poste, sont réunies pour atteindre les résultats.

« Les meilleurs de nos joueurs sont sélectionnés pour chaque poste et prestent avec passion et détermination pour remporter la victoire. La même passion anime le reste des congolais et les autorités du pays qui soutiennent tous nos représentants sur terrain. Le meilleur est exigé, non seulement aux léopards sur terrain, mais aussi aux administratifs et toutes les parties prenantes. Des questions de gestion basées sur la transparence, la redevabilité, l’éthique, le respect des Lois et règles, la considération des intérêts de toutes les parties prenantes, les droits de l’homme tels que droits à la rémunération convenable et équitable, etc. interviennent quant aux rôles des administratifs et autres dirigeants », a martelé ce cadre du parti présidentiel.

Et de souligner que « la philosophie léopard n’entretient pas des velléités des origines des participants comme critère de sélection. »

Pour lui, elle ne connait pas des groupements des ressortissants de certains coins de la République dont le mérite de participation se résume essentiellement dans leur origine.

« La philosophie léopards dont la représentativité est naturelle selon des critères de mérite rejette la discrimination négative. Le meilleur joueur à un poste spécifique ne peut être abandonné par simple caprice du sélectionneur sans opposition et réclamation populaire. Les mêmes atouts, outre les conditions techniques et économiques, ainsi que l’adéquation et l’effectivité de la politique gouvernementale telle que la politique sur la sous-traitance dans le secteur privé, toutes choses restant égales par ailleurs, sont nécessaires pour la création d’une classe moyenne en RDC. Les congolais ont besoin de se mobilisé pour le projet de création de la classe moyenne, à l’instar de la mobilisation que nous expérimentons dans l’accompagnement de nos fauves sportifs face aux projets », a-t-il fait savoir.

D’après Luc Kabunangu, la RDC a besoin de mobiliser toutes les ressources nécessaires et veiller sur la sélection d’un capital humain convenable, en rejetant les vices qui causent la pesanteur sur le projet.

Il insiste sur le fait que la passion congolaise est un atout non moins négligeable qui, pausée sur le socle de l’éthique du travail dans le respect des règles de bonne gouvernance (Transparence, Redevabilité, Justice, Droits de l’homme, Normes internationales, Intérêts des parties prenantes), produirait des résultats escomptés, sinon acceptable.

Il conclut en déclarant que c’est possible de créer la richesse congolaise, des millionnaires congolais et la classe moyenne.

rtnc

vous pourriez aussi aimer