Election 2023 en RDC : différentes factions de l’opposition s’affrontent entre elles

On y retrouve des candidats bidons subitement sortis de nulle part ! Sur cette liste CENI, on y compte que 3 à 4 vrais opposants! Le reste, c’est de la manufacture du pouvoir! On leur paie caution, médias et libéralités de visibilité pour ébrécher l’opposition, dénonce la Commission africaine pour la supervision des élections (CASE). Commentaire qui, selon l’organisation, se rapproche de la querelle de présidentialité, déclenchée depuis le grand Bandundu par Martin Fayulu Madidi.

L’organisation parle d’un gâchis, évoquant le surpeuplement des candidatures au seul poste de président de la République. Il y existerait de faux opposants sur la liste de 24 candidats retenus provisoirement par la CENI, croit savoir la CASE qui soupçonne le régime d’y avoir positionné des individus pour affaiblir la campagne électorale de l’opposition. « Ces opportunistes se reconnaissent à travers leurs attaques politiques orientées contre leur propre camp », décrit Simaro Ngongo Mbayo, le président de la Commission africaine pour la supervision des élections (CASE).

– Martin Fayulu fortement critiqué par l’opposition –

En tournée depuis quelques jours dans l’ouest du pays, plus précisément dans l’espace grand Bandundu, l’opposant a fait une déclaration qui fait polémique. Martin Fayulu s’est autoproclamé « candidat commun de l’opposition choisi par le peuple congolais ». Pour le candidat de Lamuka, s’il faut parler en termes de professionnalisme, de compétence, de maîtrise des questions politiques, sécuritaires, économiques et sociales en général de la RDC, aucun des candidats de l’opposition ne peut le battre. “Qui parmi tous ces candidats peut, sur le plan moral et éthique, lever son doigt et dire que je suis le premier ?”, s’est-il expliqué. Même s’il a timidement reconnu la qualité du candidat président de la République Denis Mukwege qui, selon lui, est peut-être le seul à faire son poids, Martin Fayulu Madidi reste déterminé à faire cavalier seul. « Il y en a qui parlent, mais qui sont des voleurs patentés qui ne peuvent pas être comparés à moi », a-t-il lâché.

Ces propos ont été mal accueillis dans les milieux politiques de l’opposition. Le député Iracan de Saint-Nicolas d’Ensemble pour la République n’a pas tardé de réagir : « Il se réclame seul candidat de l’opposition. N’est-il pas acheté pour tout déstabiliser ? Ce qui se dit risque d’être confirmé », s’est-il indigné. Dans cette lancée toujours, le journaliste Peter Tiani, proche de Moïse Katumbi Chapwe a émis un commentaire pointu. « Quel est l’intérêt pour Martin Fayulu de s’attaquer à l’opposition aujourd’hui ? Quelle en est l’opportunité ? Pendant que le Dr DenisMukwege et le Chairman Moïse Katumbi se battent avec Félix Tshisekedi, c’est le moment que choisit Martin Fayulu pour s’attaquer à ces leaders ? Que gagne-t-on en s’attaquant entre frères ? Le problème est dans l’opposition ou dans la gestion du pouvoir ? Je crois que Martin Fayulu est un grand homme politique, porté par beaucoup de Congolais dans mon pays. Il peut bien faire sa campagne sans s’en prendre à ses amis dont certains l’avaient soutenu hier », l’a-t-il apostrophé.

Aucun espoir de voir un Genval bis –

Dans ces tiraillements, il est impossible de voir les têtes d’affiche de l’opposition se mettre autour d’une table pour se choisir un candidat commun comme à Genval en 2018. Les positions sont diamétralement opposées au point qu’il est difficile, à ce stade, d’envisager un moindre rapprochement. L’ego surdimensionné de chaque compétiteur a englouti l’espoir d’une candidature unique de l’opposition, pour titiller Tshisekedi. Scénario que le pouvoir souhaitait pour que les voix de l’opposition soient dispersées et ainsi permettre à son champion de devancer ses concurrents même avec un faible écart de pourcentage.

Mais dans les états-majors de partis politiques de l’opposition, on croit dur comme fer que même sans être groupé, seul un candidat de l’opposition sortira vainqueur. Ils avancent le bilan chaotique du premier quinquennat de Fatshi qui, à leurs yeux, ouvrira un boulevard aux candidats de l’opposition.

/ouragan.cd