Dossier RAM à l’Assemblée nationale : Kibasa se dit « choqué » après avoir été engueulé par les députés

Ce lundi, le dossier RAM (Registre des appareils mobiles) a mis en ébullition l’hémicycle de l’Assemblée nationale suite à l’audition du ministre Kibasa Maliba des Postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC). Ce dernier, après n’a pas su supporter son émotion après être malmené par des critiques des députés nationaux qui n’ont pas hésité de qualifier « d’escroquerie » ou encore de « vol » cette taxe perçue depuis plusieurs mois auprès des utilisateurs des téléphones mobiles en RDC.

En clair, M. Kibasa a été « choqué » parce que les élus l’ont qualifié tout au long de la plénière « d’escroc, de voleur ». En plus, les députés ont crié sans cesse demandant sa démission.

« S’il dit qu’il est choqué, que dirons-nous de cette population qui est choquée pendant tous ces mois ? », a demandé le député Josué Mufula avant d’ajouter : « Je crois qu’il doit retirer ces propos ou il doit démissionner ».

Après son exposé de motif en réponse à la question orale avec débat initiée par le député Claude Misaro, le bureau de la chambre basse a enregistré 76 demandes de parole. Mais suite à une motion d’ordre du député Baudouin Mayo, les députés ne se sont plus exprimés.
« Je crois que la question a été clarifiée. Les députés estiment que la taxe est illégale, c’est ça la réalité… Pour être efficace, il n’y a rien d’autre qui sortira de ce que les collègues ont dit ici, le ministre va répondre et s’il ne veut pas répondre, il y des procédures que le président du bureau va donner », a dit M. Mayo.
Le ministre des PT-NTIC va revenir dans 48H à la plénière afin de tenter de rencontrer l’assentiment des députés. Mais ces derniers semblent « unanimes » face à la taxe RAM décriée par l’ensemble des couches sociales.

actualité.cd

vous pourriez aussi aimer