Des attaques à la machette visent des proches de Matata à Shabunda : un climat de violence persistant.

La campagne électorale risque de tourner au drame dans certaines circonscriptions électorales en République démocratique du Congo. Mardi dernier, des proches d’Augustin Matata Ponyo Mapon, candidat à l’élection présidentielle du 20 décembre 2023, ont été sauvagement attaqués à Shabunda au Sud-Kivu par des criminels identifiés par la population, selon le LGD, comme des militants proches de l’Union sacrée.

Franklin Tshamala Manyiku, secrétaire général du parti politique Leadership et gouvernance pour le développement (LGD), est monté au créneau pour décrier cette barbarie. Il a fait savoir que le 26 septembre 2023 à 19h, Monsieur Munkunga Tabena Mukum’s, candidat député national sur la liste du LGD dans la circonscription électorale de Shabunda, au Sud-Kivu, a été agressé. Il était accompagné de son équipe, tous habillés en T-shirt du LGD lorsqu’ils ont été sauvagement pris à partie par un groupe d’assaillants munis des machettes au village Kifuko, non loin de Shabunda centre, dans la province du Sud-Kivu, alors qu’ils revenaient d’une mission de sensibilisation de leur base dans le cadre de la précampagne électorale, en prévision des élections du 20 décembre 2023. « Les assaillants ont dans un premier temps attaqué Monsieur Claude Wangozi, lui aussi membre du LGD, croyant atteindre leur cible qui était Monsieur Munkunga Tabena. Se rendant compte quelques minutes plus tard de n’avoir pas agressé la bonne personne, ils sont revenus pour assommer Monsieur Munkunga Tabena d’un coup de machette sur la tête », déplore la direction politique du LGD dans son communiqué publié le 30 septembre 2023.

Les deux personnalités politiques ont eu la vie sauve grâce à la promptitude de l’équipe du CICR/Shabunda qui s’est chargée de leur évacuation immédiate par avion vers Bukavu où ils sont pris en charge à l’hôpital général de référence de Bukavu. « Les deux camarades ont quitté le service d’urgences jeudi 28 septembre 2023, mais ne peuvent toujours pas communiquer normalement », s’attriste Franklin Tshamala Manyiku.

– Les assaillants proches du pouvoir relâchés sans raison –

D’après le LGD, deux assaillants ont été arrêtés par la population du village de Kifuko dans la même soirée de l’agression et conduits au cachot de la police du même village en attendant les enquêtes. Mais curieusement, ces derniers ont été relâchés le lendemain sans ouverture d’une quelconque enquête. « Le LGD condamne avec la dernière énergie cette énième agression barbare manifestement orchestrée par les militants des partis politiques affiliés à l’Union sacrée », s’indigne le secrétaire général du LGD. Selon Franklin Tshamala, la Famille politique au pouvoir a choisi la terreur et la violence comme modus operandi pour intimider les opposants sur toute l’étendue du pays. « Le LGD condamne également le relâchement sans motif des assaillants par la police qui était censée mener une enquête indépendante pour aboutir à leur condamnation ».

Tout en ne cédant rien au combat qu’il mène, le LGD appelle ses militants et sympathisants à la plus grande vigilance dans leurs déplacements. Le parti de Matata réitère son engagement en faveur de l’avènement d’une vie politique réellement démocratique et d’un état de droit protecteur des citoyens.

/ouragan.cd