Delly Sesanga : « la résurgence de la guerre favorisée par des choix diplomatiques et sécuritaires discutables »

Le président national du parti Envol, Delly Sesanga, a pointé du doigt les stratégies du pouvoir en place à la base, selon lui, de cette nouvelle guerre d’agression.

« Dans ce conflit, notre pays paye un lourd tribut à une guerre injuste imposée par le Rwanda sur notre territoire national, dont la résurgence a été favorisée et facilitée par la surenchère, à des fins de politique intérieure, des choix diplomatiques et sécuritaires discutables qui, au final, n’ont pas acheté la paix promise, ni garanti l’indépendance nationale, et encore moins préservé la souveraineté du pays ! », a dénoncé le député national dans son message des vœux à ses compatriotes.

L’année 2022 a été marquée par le retour de la guerre avec la réactivation par Kigali (selon Kinshasa et les rapports des Nations Unies) du mouvement rebelle M23 qui s’est accaparé de plusieurs localités au Nord-Kivu.

A sa prise des fonctions, Félix Tshisekedi avait opté pour une approche diplomatique face au Rwanda de Kagame avec qui il a signé des contrats économiques dans l’espoir de le dissuader à ne plus alimenter les « guerres économiques » dans l’Est de la RDC.

Sévère réquisitoire du député national, Delly Sesanga, contre la gestion de la République par le pouvoir de Felix-Antoine Tshisekedi.

Dans son message des vœux et de nouvel an, le président du parti Envol estime que « comme les années précédentes, 2022 n’aura pas tenu ses promesses pour la majorité de nos compatriotes ! »

« Les jeunes sont toujours sans emplois et sans éducation de qualité. L’absence d’une politique nationale de revenus condamne les agents publics et les employés à une situation sociale déplorable », mentionne-t-il.

Delly Sesanga dénonce une politique d’inégalité qui condamne les fonctionnaires, les militaires, les policiers, les magistrats, les enseignants et les professionnels de santé ainsi que les salariés à « passer les fins d’année dans la détresse et le dénuement. »

Note négative également en ce qui concerne le climat des affaires qui est, selon lui, « de plus en plus délétère pour l’éclosion d’un véritable entrepreunariat national et favoriser la montée d’une classe moyenne. »

« Aujourd’hui encore, des millions des Congolais, sont pris en otage par l’incurie des dirigeants, incapables de garantir la justice, de faire respecter les lois et de protéger les plus vulnérables d’entre nous », déplore-t-il.

En 2023, année électorale, Delly Sesanga invite ses compatriotes à faire le choix d’une « alternative crédible capable de relever les défis majeurs de notre temps par un projet régalien et fédérateur de la transformation de notre société. »

Ainsi, appelle-t-il à un enrôlement massif et au non boycott des élections./mediascongo.net

vous pourriez aussi aimer