Dans son offre politique 2023, Muzito propose un minima de 11milliards $, budget global en ressources propres pour la paix à l’est

En pleine élaboration de son offre politique qui présentera au peuple lors de prochain processus électoral, après le secteur foncier, Nouvel Elan par l’entremise de son initiateur Adolphe Muzito réfléchit à haute voix dans la 29ème tribune sur la question de la souveraineté de la RDC, de 1960 à ce jour.

En luminaire, l’ancien Premier Ministre pose le fondement pour un état souverain en 3 critères : la défense, la diplomatie et la monnaie.

Déjà avec ce critérium susmentionné, l’analyse développée tout au long de cette 29ème tribune(dont la copie se trouve en annexe de l’article) démontre que depuis l’indépendance jusqu’à présent le Congo n’a jamais été souverain.

De 1,5 milliards $ du gouvernement Lumumba à 7milliards $ de celui de Sama Lukonde(en ressources propres) , impossible d’avoir une armée dissuasive pour mettre fin à l’insécurité qui ronge l’Est de la République partant du 10% du budget comme seuil réservé aux fonctions régaliennes de l’état.

De ce fait, dans tous les conflits qui ont rongé la RDC, depuis 1960, l’État se trouve toujours en difficulté, qu’il faille recourir aux interventions étrangères ou des négociations en position de faiblesse, qui font en sorte que cette insécurité perdure.

Avec un minima de 11 milliards $ du budget en ressources propres, Muzito estime que la RDC recouvrait sa souveraineté, car 10% équivalent à 1milliard pour les fonctions régaliennes de l’état.

Avec ce minima de 11 milliards $, on peut placer :

-5 milliards $ pour la masse salariale, augmentant ainsi les salaires de fonctionnaires,
-4 milliards $ pour le budget ordinaire , hors salaire, dont 1 milliard servirait aux troupes au front,
-2 milliards $ pour les infrastructures de base(routes, pont, aéroports, chemins de fer, etc…)

Pour finir, s’étonnant de la réticence qu’affiche l’actuel Premier Ministre dans l’élaboration du collectif budgétaire, Adolphe Muzito éveille la population pour inciter le gouvernement Sama Lukonde à faire un budget rectificatif, sur base de performances actuelles dans la mobilisation de recettes, qui pourrait accroître le budget de 7 à 11milliards $, sans cela les 4 milliards additionnels qui n’étaient pas prévus dans le budget initial 2022 risquent de ne pas profiter au peuple, plutôt servir aux individus.