Colloque sur l’albinisme : Les États africains appelés à mobiliser les fonds verts en faveur des albinos

Les lampions se sont éteints le mercredi 20 octobre au premier colloque panafricain sur l’albinisme, ouvert un jour avant, soit le mardi 19 octobre, par le chef de l’État congolais et président de l’Union africaine, Félix Tshisekedi.

Organisé par le panel d’accompagnement de la mandature de la RDC à l’Union africaine, ce forum a été sanctionné par l’élaboration de la « Déclaration de Kinshasa », à travers laquelle plusieurs recommandations ont été formulées, notamment pour la mise en application par les États africains des textes portant sur la promotion et la protection des droits des personnes atteintes d’albinisme.

Les résolutions inscrites dans la déclaration de Kinshasa concernent, entre autres, l’appel lancé aux États africains à améliorer la législation en faveur des personnes atteintes d’albinisme, de mobiliser les fonds verts pour venir en aide aux premières victimes du réchauffement climatique, dont les personnes atteintes d’albinisme, de réfléchir sur un avant-projet du Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des personnes atteintes d’albinisme à l’instar des autres catégories des personnes vulnérables.

Pour le professeur Ngokwey Ndolamb, membre du panel RDC-UA, le produit le plus important de ces assises est cette déclaration de Kinshasa qui traduit une volonté pour prendre des actions concrètes en faveur des personnes atteintes d’albinisme.

« Il s’agit d’un engagement à améliorer l’arsenal juridique, à s’assurer de l’application de cet arsenal juridique mais surtout un engagement pour que chacun d’entre nous dans ses attitudes quotidiennes et dans son comportement de tous les jours soit suffisamment sensibilisé sur cette cause », a dit ce membre du panel.

Par ailleurs, les parties prenantes à ce forum, qui saluent l’initiative, ont insisté par ailleurs sur la nomination d’un envoyé spécial de l’Union africaine chargée des questions des personnes atteintes d’albinisme.

« C’est pour la première fois dans notre continent qu’un chef de l’État prend l’initiative d’organiser un colloque panafricain pour les personnes atteintes d’albinisme. Dans le monde entier, nous avons des résolutions que l’ONU a prises, que l’Union africaine a prises mais les textes d’application de ces résolutions posent problème. (…) Ce qui serait aussi important, c’est de nommer déjà l’envoyé special de l’Union africaine pour suivre les problèmes des personnes atteintes d’albinisme, avant la fin du mandat de notre président », a indiqué Jhony Chancel Ngamouana, représentant des personnes atteintes d’albinisme en Afrique centrale.

Pour rappel, plusieurs délégations ont pris part au premier colloque panafricain de sensibilisation à l’albinisme. Parmi elles, des représentants venus des pays africains et européens dont la France, la Belgique, le Kenya, le Burundi, la République du Congo, etc.

actu30.cd

vous pourriez aussi aimer