CENI: certaines classes politiques travaillent pour le malheur des échéances électorales a insinué Thierry Monsenepwo

Alors que les confessions religieuses sont loin d’aboutir à un consensus sur le choix du successeur de Corneille Nangaa à la tête de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Thierry Monsenepwo, politique soucieux d’améliorer les conditions de vie sociale, à déclarer qu’une main noire draine vers le chaos. Pour lui, un groupe des classes politiques est à la base de ce rame que connaît la désignation du président de la CENI pour forcer la main de l’actuel pouvoir à un dialogue qui conduirait à un partage de poste. Dans le cas de la République Démocratique du Congo, le but des politiques est d’amèner un retard dans l’organisation des élections afin que la population congolaise qualifie le pouvoir d’être incapable.

“#CENI:«le but d’une certaine classe politique est de créer un chaos en vue d’un dialogue politique pour un partage de responsabilité. Pire, à créer un retard dans le processus électoral afin de faire porter le chapeau au pouvoir actuel»”, a-t-il dit.

Gaël Hombo/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer