Carburant : Toujours pas d’augmentation de prix à la pompe, des attroupements se poursuivent aux stations-services, le coût du transport en hausse !

Décidément, la perturbation en desserte de carburant colle encore la RDC, Kinshasa particulièrement. Le matin de ce lundi 11 avril, c’est encore des attroupements qui s’observent dans plusieurs stations-services.

Dans ces lieux d’approvisionnement parcourus par ACTU7.CD cette matinée, beaucoup plus envahis par des conducteurs des moto-taxi appelés « wewa », ça bouscule pour se payer quelques litres d’essence, bien qu’aucune augmentation de litre de carburant n’est constatée. La pression qui s’aperçoit, nous explique un « wewa », est lié au sentiment d’incertitude sur les heures qui suivent.

« (…) Je ne sais pas s’il y aura rupture dans les heures qui suivent. Vaut mieux que je m’approvisionne une fois pour toutes », nous a-t-il dit.

Cette file d’attente, comme le montre l’image d’illustration de cet article, peut durer plusieurs minutes. De quoi mettre des « wewa » dans tous leurs états, car « le temps c’est de l’argent », comme l’a dit l’un d’eux au média non-aligné dans une station-service de Victoire, dans la commune de Kalamu.

Si le prix du carburant n’a pas bougé d’un cran, soit toujours vendu à deux mille quatre-vingt-quinze francs congolais (2.095 FC), mais le coût du transport a, lui, pris de l’envol. Ceux qui ont par exemple quitté de Victoire jusqu’à Limete ce matin, en savent quelque chose. Une course qui coûte toujours cinq cent francs congolais (500 FC), mais est revue à mille francs congolais (1.000 FC) depuis ce matin. Martin, un chauffeur de taxi, parle d’insuffisance de carburant. Pour lui, la seule façon de maximiser ses recettes, c’est de revoir à la hausse le prix du trajet.

« Je ne crois pas atteindre midi avec ce carburant. J’ai quitté très tôt la maison pour aller m’approvisionner en carburant, mais à la pompe, on me fait des caprices pour me vendre. Je crains aussi m’approvisionner dans des bidons pour garder à la maison au risque que les enfants allument le feu et que ça brûle la maison », explique-t-il.

Aussi, plusieurs autres stations-services ne sont pas actives ce matin, notamment celles se trouvant dans le boulevard Lumumba en partant de Matete jusqu’à la 1ère rue où l’on trouve à peine une station opérationnelle.

Cette situation a directement impacté sur le prix de certains biens sur le marché, comme l’avait annoncé le Ministre des Finances Nicolas Kazadi le mercredi dernier lors d’un briefing de presse où l’on projetait, pour le weekend passé, la révision à la hausse du prix du carburant « pour faire face à la problématique de la perturbation de la desserte en produits pétroliers qui s’observe sur le plan mondial ».

actu7

vous pourriez aussi aimer