Beni : Attaque des ADF à Kamango, plusieurs dégâts humains enregistrés

Au moins 6 civils ont été tués par les rebelles d’Allied Democratic Forces (ADF) en chefferie des Watalinga, territoire de Beni, en province du Nord-Kivu.

Cette incursion rebelle est survenue la nuit de mercredi à ce jeudi 17 mars 2022 à Musali, dans le groupement de Batalinga, à quelques mètres du centre de Kamango.

À en croire les sources de la société civile de la place, le bilan provisoire fait état de 6 civils tués dont une femme.

Abisi Magellan, Président de la société civile du groupement Batalinga indique que sur les 6 victimes, 4 dont 2 motards et 2 passagers ont trouvé la mort dans une embuscade lorsqu’ils voulaient fuir vers Nobili, localité voisine, au niveau de Kayenze sur le tronçon routier Kamango-Nobili, à environs trois kilomètres de Kamango-Centre.

« Toute la population de Batalinga a passé la nuit à la belle étoile. Nous regrettons avec amertume la façon dont on gère la population. En qualité de membre des forces vives, nous disons à notre armée de renforcer les pistes, mais ils ne veulent pas le faire. D’autre part, nous avons la MONUSCO, l’UPDF et les FARDC surplace, mais nous sommes en train de regretter fort parce que l’intervention qui a pu calmer la situation est venue de l’Ouganda. Suite aux efforts de nos militaires, nous avons pu nous réveiller ce matin. Mais il y a plusieurs dégâts humains », déplore Abisi Magellan.

De leur côté, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo affirment avoir neutralisé 3 terroristes ADF/MTM au cours de cette attaque repoussée.

D’après le capitaine Antony Mualushayi, « ces terroristes djihadistes voulaient se ravitailler en nourritures et autres biens de première nécessité ». Après un affrontement entre l’armée régulière et les terroristes ADF/MTM, un soldat des FARDC est tombé sur le champ d’honneur, précise le porte-parole du secteur opérationnel Sokola1 grand nord.

Le calme est revenu ce matin, malgré la peur qui est encore visible au sein de la population de cette cité de la chefferie des watalinga. « Nous assurons la population que les renforts militaires sont déjà envoyés pour assurer davantage la sécurité de la cité de Kamango », rassure Antony Mualushayi, dans un message posté sur les réseaux sociaux.

Origène Mowa/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer