Augustin Kabuya confronte Corneille Nangaa, exprimant sa frustration d’avoir perdu ses carrés miniers dans la région du Haut-Uele. Il cherche à régler des comptes avec Félix Tshisekedi pour des raisons inavouées.

Les propos fracassants tenus par l’ancien président de la CENI, Corneille Nangaa sur un accord existant entre le Président de la république sortant Joseph Kabila, et son successeur Félix Antoine Tshisekedi, qui a permis à ce dernier d’accéder au pouvoir, n’ont pas laissé indifférent le Secrétaire Général de l’UDPS, Augustin Kabuya.

Le gestionnaire au quotidien du parti présidentiel, a dans une interview accordée à une radio de la place, le mercredi 27 septembre, remis à carreau l’ancien patron de la centrale électorale. Selon Augustin Kabuya, le vrai mobile de cette campagne de diabolisation menée ce dernier temps par corneille Nangaa contre le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi a comme soubassement, la frustration due à la perte de ses carrés miniers au profit des personnes que le numéro un de l’UDPS s’est réservé le droit de citer les noms.

« Corneille Nangaa est un commerçant frustré d’avoir perdu ses carrés dans les Haut-Uele, qui cherche à régler ses comptes à Félix Antoine Tshisekedi pour des raisons inavouées », rapporte-t-il.

Le muana Bute a rappelé que l’ancien patron de le CENI en compagnie de son épouse, s’était présenté à plusieurs reprises à son domicile pour « qu’il plaide auprès de qui de droit pour sa cause, afin de récupérer ses carrés miniers perdus ».

Revenant sur ce fameux accord, Augustin Kabuya a soutenu haut et fort à qui veut l’entendre : « qu’il n’y a jamais eu d’accord entre Félix Antoine Tshisekedi et Joseph Kabila dans le but de truquer les résultats de l’élection présidentielle.

La liesse populaire observée juste après la proclamation des résultats définitifs, aussi bien de la population de Kinshasa qu’en province, contrairement en 2006, en est une parfaite illustration », soutient-il.

Le seul accord reconnaît le SG Augustin Kabuya, qui existait, c’est celui entre le Cap pour le Changement, CACH et le Front Commun pour le Congo (FCC), signé le 30 juillet 2019 en vue de partage de poste entre les deux plate-formes, au sein du gouvernement Sylvestre Ilukamba.

/acturdc.com