Agression rwandaise : alerte sécuritaire de ce lundi 21 Novembre 2022

Un militaire des forces armées de la République Démocratique du Congo aurait été tué par son compagnon d’armes la soirée d’hier dimanche 20 Novembre au niveau du quartier Mugunga dans la cellule Nyabirehe rapporte la société civile de ce quartier de la ville de Goma.

Plusieurs coups de balles auraient été tirés par l’auteur du crime après l’avoir commis, les habitants de Mugunga en panique ont même cru à une attaque de l’ennemi.

Une situation similaire s’est produite la même nuit d’hier dimanche à ce Lundi 21 Novembre au village Mujoga, groupement de Kibati en territoire de Nyiragongo, où un militaire incontrôlé a semé la panique dans le chef des populations civiles en tiré plusieurs balles en l’air sans raison valable avant qu’il ne soit maîtrisé par d’autres éléments des FARDC.

Au quartier Katoy dans la commune de Karisimbi aux environs de 2h du matin, des présumés bandits du célèbre groupe criminel des 40 voleurs ont tenté d’opérer sur les avenues Kilimanjaro et Visoke, les jeunes vigilants les ont empêché en poussant des cris et alertant la police qui est vite intervenue, une raison des tirs entendus cette nuit dans ce coin de Goma.

Au quartier Kasika toujours dans la commune de Karisimbi ce matin du lundi, deux corps sans vie viennent d’être retrouvés, un tout près de l’église CEBCA Katoy et l’autre à côté de l’espace public communément appelé Kisoko sur avenue Luotu.

Dans le Rutshuru les rebelles du M23 contrôlent toujours plusieurs localités, ils sont aussi sur certaines collines de Kibumba en territoire de Nyiragongo malgré l’appel au cessez-le-feu décroché par l’ancien président Kenyan Uhuru KENYATA à son ancien homologue le président Rwandais Paul Kagame Jeudi dernier./mediascongo.net