Affaire carte visa : La justice invitée à la fête

Dans une mise au point faite à la presse ce Samedi 05 juin 2021, Luc Kabunangu, un cadre du parti Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), et expert en audit d’entreprises a confirmé que cet acte a violé intentionnellement l’article 67 du statut de la BCC. Ainsi, ce cadre de L’UDPS estime que le parquet devrait interpréter les auteurs et les bénéficiaires de cet acte après la révélation de L’inspection Générale des Finances (IGF).

« le régime de l’impunité doit prendre fin pour garantir le peuple d’abord. des comportements non conformes à l’éthique telles que les dernières révélations de L’inspection Générale des Finances à la Banque Centrale du Congo crient contre notre conscience », a déclaré Luc Kabunangu.

Pour ce cadre du parti présidentiel, le législateur interdit expressément à la Banque Centrale du Congo d’accorder des avances ou tout type de crédit au pouvoir central. Cette loi est un manquement grave pour le gérant de la Banque Centrale du Congo.

« (…) C’est strictement interdit. Cette violation de la loi emporte un manquement grave dans le chef du gouverneur de la Banque Centrale du Congo. La position de celui-ci à la tête de l’institution d’Emission est dès lors incompatible puisque c’est lui qui a laissé faire cette pratique contra legem»,a rajouté Luc Kabunangu.

Par ailleurs, Luc Kabunangu a évoqué l’article 54 de la même loi au sujet de la Banque Centrale du Congo, en ce qui concerne la prescription de l’impossibilité de rester membre du Conseil de la Banque lorsqu’on est reconnu coupable de manquement grave.

Rappelons que un autre cadre du parti présidentiel, le député national Eric Ngalula Ilunga a annoncé le dépôt ce lundi 07 juin, d’une interpellation à l’encontre du gouverneur de la Banque Centrale du Congo, Deogracias Mutombo.

Gaël Hombo

vous pourriez aussi aimer