Adolphe Muzito qualifie la démarche du groupe de 13 de « brillante et très bonne », mais il se pose une série des questions.

Toujours dans le cadre des concertations et les vulgarisation de leur démarche sur la recherche d’un consensus sur les réformes à opérer avant les prochaines élections générales, le groupe de 13 personnalités signataires de l’Appel du 11 juillet dernier a été reçu ce lundi 24 août 2020 par Adolphe Muzito, ancien premier ministre et un des coordonnateurs de la coalition LAMUKA.

Après leurs échanges, l’ancien premier ministre Adolphe Muzito a loué l’initiative du groupe de 13 qu’il qualifie de « brillante et très bonne ».
Cependant, bien que qualifiant cette initiative de « brillante et très bonne », le président du parti politique Nouvel Élan se pose une série de questions, notamment sur l’avenir des résolutions qui seront issues de ce consensus recherché.
« Maintenant, il s’agira de voir si ce consensus sera abrité par quelle instance qui aura quelle compétence, lui dévolue par quel organe, et toutes les résolutions qui feront l’objet du consensus au niveau de la classe politique, en quoi elles seront opposables, contraignantes vis-à-vis des institutions que nous LAMUKA recusons? », s’est-il interrogé devant la presse.

Profitant de l’occasion, ce cadre de l’opposition politique a rappelé la proposition faite par sa plate forme LAMUKA à-travers le candidat malheureux de la présidentielle de 2018, Martin Fayulu, relative à la mise en place du Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles (HCNRI).

Il faudra signaler que l’agenda du groupe de 13 prévoit ce même lundi une rencontre avec Martin Fayulu Madidi, président de l’Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé).

 

Trésor Trecha/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer