Activités au Nord-Kivu et Ituri : Julien Paluku s’est exprimé à Goma

L’évolution de la situation sécuritaire dans les provinces de Nord-Kivu et Ituri ne cesse de troubler les dignes fils du Congo soucieux du climat sécuritaire dans la partie Est de la République Démocratique du Congo.
L’ancien gouverneur du Nord-Kivu et actuellement ministre de l’industrie, Julien Paluku Kahongya, est arrivé à Goma ce Dimanche 5 décembre 2021 où il a tenu à s’exprimer devant la population venue lui rendre un accueil chaleureux.

L’ancien gouverneur de la province du Nord-Kivu a, devant les hommes et femmes venus l’accueil, lancé un message de réconfort. Dans son allocution, le membre du gouvernement Sama Lukonde a exhorté la population de deux provinces sous état de siège de vivre dans la paix et la solidarité. Le ministre de l’industrie a dont fait savoir qu’il n’y a aucun changement sans la mise en place dans le chef de la population de deux provinces de valeurs constructrices afin de faire avancer l’État.

« Je suis à Goma d’abord comme un fils de cette province et membre du gouvernement congolais, mon premier message est seul de solidarité et de paix envers toute la population du Nord-Kivu et de L’ituri » a-t-il déclaré

Dans la foulée, l’ancien patron de l’exécutif provincial du Nord-Kivu a exhorté la population des provinces sous état de siège à soutenir les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Selon lui, la coopération entre population et FARDC permettra de stopper les actions infructueuses de l’ennemi et permettra à la population de recouvrer sa totale liberté. Les massacres et tueries sont, selon Julien Paluku, des actions infructueuses de l’ennemi qu’il faut à tout prix arrêter et seule la collaboration entre la population et l’armée peut servir à grand chose.

Venu voir la population du Nord-Kivu et de l’Ituri vivant sous l’état de siège depuis le 06 mai dernier, le ministre de l’industrie devra poursuivre son chemin vers Bukavu dans la province du Sud-Kivu où il est attendu au 2ème congrès du BUREC.

Gaël Hombo/acturdc.com

vous pourriez aussi aimer