7 ans après l’assassinat du Colonel Mamadou Ndala, des congolais plaident qu’une “vraie justice” soit faite

02 janvier 2014 -02 janvier 2021, ça fait exactement sept ans jour pour jour depuis que mourrait Mamadou Moustapha Ndala.

Ce soldat des forces armées de la République démocratique du Congo “FARDC” du grade de colonel avait été fauché dans une embuscade tendue par les présumés rebelles ADF au quartier Ngadi, commune de Rwenzori, en ville de Beni, au Nord-Kivu, alors qu’il planifiait les opérations de traque des ADF dans la région.

Quelques officiers militaires avaient été condamnés par la justice pour complicité dans la mort de ce soldat, tombeur des rebelles M23 à Goma .

Six ans après sa mort, plusieurs congolais se souviennent toujours de lui .

Pour certains,” il s’agit du militaire qui incarnait toute la confiance de la population pour mettre fin à la guerre à Beni ”.

« Gloire éternelle au Colonel Mamadou Ndala, le soldat modèle qui garda le fusil et tomba avec au front, pour une cause en laquelle il avait cru jusqu’au bout ! Des ténèbres ayant couvert le procès de son assassinat, l’histoire attend que les gens rendent compte », a écrit ce samedi 2 janvier 2021 sur son compte Twitter Claudel Lubaya.

Alors que le ministère public avait requis une peine à perpétuité contre le colonel des “FARDC”, Birocho Nzanzu, au cours de l’audience publique à Beni, le mouvement citoyen de la Lutte pour le Changement “LUCHA” affirme que ” les auteurs et commanditaires ” de l’assassinat du colonel Mamadou Ndala sont encore en liberté.

Notons que ce soldat de l’armée congolaise est mort à l’âge de 35 ans, il était Chef du 42e bataillon commando de l’Unité de réaction rapide (URR) des “FARDC”.

Africa 24 sur 24 /acturdc.com